Notes de Notes #1

Premier mois en Nouvelle-Zélande (pas tout à fait pour dire vrai, je triche de 5 jours).

Je commence peu à peu à m’intégrer dans ma nouvelle famille temporaire. J’entre gentiment dans leur quotidien, je prends mes petites habitudes, je baragouine mon anglais-avec-accent-vaudois. Bref, je roule ma bosse.

Je n’ai pas publié grand chose ici durant ces 2 dernières semaines (je n’ai même rien publié du tout) mais ce n’est pas pour autant que je n’écris pas, loin de là !

Chaque jour, je prends des notes de tout et de rien, cela va des gens dans la rue à la bouffe, les transports en commun, les bons plans, le coût de la vie ou encore la société en général, je griffonne au maximum dans mon Moleksine afin de ne rien oublier (j’ai meilleur temps au vu de ma mémoire de crustacé).

Je commence d’ailleurs à accumuler pas mal d’apostilles, ce qui va me permettre d’écrire quelques articles. Je ne vais bien évidemment pas tout déballer dans celui-ci (ça serait beaucoup trop long et il faut savoir garder un peu de suspense !) mais j’ai dans l’idée de balancer deux ou trois « thèmes » par post.

Aujourd’hui, on va parler de deux sujets cruciaux :  les gens et la bouffe.

LES GENS :

Avant d’atterrir sur cette grande île, j’ai lu dans moult magasines que les néo-zélandais étaient des « gens accueillants et forts sympathiques ». Je ne peux qu’affirmer ces dires ! Je crois ne jamais avoir rencontré de peuple aussi chill. Ici, lorsque vous entrez dans un magasin, un restaurant, un bar ou encore un bus vous serez automatiquement accueilli par un « Hey ! How are you today ? » !
Il n’est également pas rare qu’un serveur ou même un vendeur en magasin vienne vous taper la discute en vous demandant d’où vous venez, ce que vous avez prévu de faire aujourd’hui etc. Décontenançant au début, cela s’avère ensuite bien agréable et pratique pour chopper des bons plans / bonnes adresses rapidement ! Les gens sourient, ne se prennent pas la tête et vive la vie en tongs (c’est cliché mais je vous jure que le père de ma famille d’accueil vit en tongs. Tout le temps. C’est à se demander s’il possède des chaussures.)

Il m’est même arrivé qu’un type me remercie après lui avoir demandé mon chemin dans la rue (ok, le gars avait peut-être deux ou trois coups dans le nez mais il n’empêche que ça reste cool sur le papier).

Une chose à savoir cependant c’est que la Nouvelle-Zélande (et plus particulièrement Auckland) est un endroit cosmopolite. Mais genre très cosmopolite. Une personne sur deux est asiatique, j’ai parfois l’impression de me balader à Pékin suivant les rues où je me trouve. Dans les endroits très touristiques, tout est doublé en mandarin (ce qui, je trouve, dénature l’essence même de l’endroit que l’on s’arrête à découvrir. Même si les touristes chinois envahissent désormais à peu près toutes les zones de la planète et qu’ils représentent un pouvoir d’achat hallucinant, je ne pense pas que ce soit au pays d’accueil de s’adapter mais aux voyageurs de le faire. Je ne comprends pas le but de voyager dans un pays pour manger pareil que chez soi, lire sa propre langue… mais c’est un long débat. Et aussi un futur article).
Tout n’est évidemment pas rose et couvert de paillettes. J’ai pu observer deux « fléaux » majeurs à Auckland : le grand nombre de personnes sans abris et le surpoids. Lorsque vous vous promenez sur Queen Street (l’artère principale de la ville), il vous suffit de détourner le regard des boutiques Prada et autres shops à souvenirs pour être confronter à la dure réalité : des dizaines de gens emmitouflés dans des couvertures jonchent les trottoirs. Certains vendent des coquillages sculptés, d’autres récitent des versets de la Bible micro en main pendant que non loin de là un gars devant avoir mon âge tire sur un bang. On est pas encore au stade des camps de sdf à Los Angeles mais ça me fait toujours chier de voir de telles scènes (c’était mon coup de gueule d’altermondialiste du dimanche).
L’obésité quant à elle est un réel problème ici. Avec une personne sur trois en surpoids, la Nouvelle-Zélande n’a rien à envier à ses « voisins » américains. Le fait qu’on trouve de quoi manger à chaque coin de rue n’y est pas pour rien. Je profite d’ailleurs de cette magnifique transition pour introduire mon deuxième sujet :

LA BOUFFE :

Ah ! Sujet des plus importants !

Un grand homme a dit un jour qu’un pays est constitué de trois choses : Ses habitants, sa bière et sa culture culinaire (Damien Leuba – 2016).

L’avantage  d’une ville cosmopolite comme Auckland c’est qu’il est possible de manger de tout et n’importe et cela n’importe quand. Je n’ai pour ainsi dire jamais mangé autant de différentes gastronomies en si peu de temps ! Bars à sushis / ramens japonais, Chapati indien, Bulgogi coréen, gros burgers américains ou encore une bonne raclette bien de chez nous (non je déconne, ça je n’ai à mon grand malheur pas encore trouvé…), les rues regorgent de saveurs internationales. La cuisine française est cependant considérée comme « luxury » ici (et donc totalement hors de prix). Oubliez également votre petit croissant le matin, c’est la même histoire pour les french boulangeries & pâtisseries (ou alors préparez-vous à payer un smic).

Les prix, puisqu’on en parle. Je ferai dans un futur proche un topic sur le coût de la vie en général chez les kiwis mais d’une façon générale, la nourriture est assez chère ici (et c’est un suisse qui vous parle). Je commence à découvrir les bons plans niveau qualité /prix mais je me suis bien fait plumer lors de mes premières semaines en Terre du Milieu…(hein, Guinness à 12$… Oui, c’est à toi que je parle !).

J’ai également la chance d’être dans une école où toutes les nationalités se croisent (enfin disons qu’on trouve parfois un européen ou un sud-américain caché entre deux chinois) ce qui me permet de découvrir des restaurants « pour habitués ». Ce sont des endroits qui ne paient généralement pas de mine et où il est difficile de s’y retrouver si on ne parle pas la langue locale (c’est pourquoi j’utilise mes nouveaux amis asiatiques en guise d’interprètes, héhé). C’est LE bon plan pour bien manger à des prix défiant toute concurrence.

cof
Bulgogi, spécialité coréenne absolument délicieuse à base de bœuf, soja et gingembre (attention, ça arrache)

En ce qui concerne la nourriture plus locale, je n’ai paradoxalement pas encore trouvé de restaurant typiquement néo-zélandais… Ce qui n’est pas très grave dans l’absolu car j’ai bien mieux : une famille d’accueil typique kiwi !
Je mange le soir avec ces derniers et autant vous dire que les plats sont aussi divers que variés. La nourriture est très « healthy« , poissons, légumes (ces derniers sont présents à chaque repas mais à la différence de nos habitudes européennes, ça ne sera pas « un féculent pour accompagner votre viande » mais « votre filet de poisson pour accompagner vos 5 légumes ») sans oublier le fameux mouton qui pullule dans les collines un peu partout dans le pays.

« L’homme est comme une horloge. Il se remonte par la nourriture deux à trois fois par jour. »
Alphonse Karr 

Une réflexion sur “Notes de Notes #1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s