Pancakes & Lysergsäurediethylamid

N’ayant pas grand chose de prévu ce weekend, j’ai dans l’idée d’utiliser mon samedi pour une nouvelle exploration urbaine.
Cependant, alors que je viens de finir de préparer mon sac et que je m’apprête à me lancer à corps perdu tel Bilbo Bessac dans une nouvelle quête, un déluge s’abat sur la région. Des trombes d’eau commencent à tomber et un vent à décoiffer Donald Trump se lève.

L’idée de marcher toute la journée sous la pluie ne m’aguichant pas plus que cela, je prends quartier dans un café et décide d’élaborer de nouveaux plans.
Je lance l’application de Trip Advisor (cette dernière m’a inspiré plus d’une fois par le passé) et tape « quoi faire à Auckland par un temps dégeulasse » dans la barre de recherche. Un double expresso et quelques recherches plus tard, j’ai une touche.
Si j’en crois les commentaires (chose qu’il ne faut en temps normal jamais faire sur Internet), l’AUCKLAND ART GALLERY est un lieu à ne pas louper. De plus, je n’ai visité aucun musée depuis que je suis en Terre du Milieu (et c’est un peu la honte en plus d’un mois…) Partons donc sur un début de journée culturel !

Evidemment, je ne puis commencer une journée d’aventures le ventre vide ! Je trouve sur ma route un café proposant des œufs bénédicte au saumon… il n’en faut pas plus pour attiser mes papilles.

La panse pleine et les idées claires, go départ pour la galerie d’art !
Celle-ci se situe à côté d’Albert Park, sans doute l’un des plus beaux parcs de la ville (et également l’un des parcs avec la plus grande concentration de touristes chinois au mètre carré).
Première bonne surprise en arrivant devant le musée : le bâtiment est hyper stylé ! Très design et moderne, il me fait penser à la maison de Nathan dans Ex-Machina. Deuxième bonne surprise : l’entrée est gratuite pendant tout le mois de novembre (c’est ce qui s’appelle avoir le cul bordé de nouilles).
Mon sac déposé dans un casier et mon magnifique bracelet-ticket au poignet, j’entre dans le vif du sujet dès la première salle : art contemporain. Il faut savoir que j’ai un réel problème avec celui-ci, je ne le comprends pas. Mais vraiment pas. J’ai visité, lors de mon trip Interrail à travers l’Europe, un musée d’art contemporain en Suède et je crois avoir été choqué à vie par cette peau de banane au sol que les gens contemplaient en tant qu’oeuvre d’art. J’ai beau mettre toute la bonne volonté du monde, je n’y arrive pas.

Et ça n’a pas changé avec ce musée. Pensant avoir trouvé un bon spot pour la photo de couverture de cet article, je décide de poser mon Moleskine ainsi que le prospectus m’encombrant les mains sur une palette. Grave erreur. Un gorille de la sécurité me saute dessus et m’engueule car je viens de poser mes affaires… sur une oeuvre. Je vous laisse juger par vous-même :

hdr
Ne venez pas me dire que j’y mets de la mauvaise foi…

Le reste du musée est quant à lui aussi intéressant qu’inspirant. Portraits Maori, peintures du monde, sculptures ou encore art néo-zélandais, il y en a pour tous les goûts. Il faut rajouter à cela le musée en lui-même, lumineux, spacieux et tout simplement magnifique. Je m’attarde quelques temps dans ces vastes salles et ces couloirs sans fin, admirant des œuvres que je ne comprends pour la plupart pas (mais faut-il comprendre l’art pour l’apprécier ? Vous avez 4 heures).

Le temps file, il est l’heure de passer à une autre découverte.

Première expérience Trip Advisorienne validée √

La météo ne s’étant pas améliorée pour un poil de cul de chameau, je me pose dans un café muni d’un wifi et sonde à nouveau les méandres de mon application à la recherche d’une activité pour le reste de ma journée.
A 150 mètres de moi se trouve l’Odyssey Sensory Maze. Les commentaires décrivent cet endroit comme « une expérience à ne pas louper » ou encore « à faire à Auckland, vous fera utiliser tous vos sens » . Cela suffit à titiller ma curiosité, je ne cherche pas à en savoir plus et je me lance en quête de cette nouvelle expérience.

En chemin, je tombe sur une petite foule amassée devant une échoppe. Ça doit faire trois ou quatre fois que je passe devant cette dernière lors de mes balades urbaines et il y a toujours du monde devant. Ma curiosité et mes papilles à nouveau mises à rudes épreuve, je décide d’aller y jeter un œil.

IMG_20161112_144617.jpg

 « Japanese N°1 Pancake« , tel est le titre de l’enseigne. Rien que ça !
Apparemment (si j’en crois les images sur le devant de la boutique), une célèbre émission de TV japonaise (sûrement l’équivalent de notre Top Chef) est venue tester ces fameux pancakes et n’a pas lésiné sur les éloges à leur propos.
3.50$ et 10 minutes plus tard, j’ai entre les mains un grosse crêpe encore fumante fourrée d’une bonne dose de chocolat. Une morce suffit pour que je tombe amoureux. Le chocolat fond en bouche, la texture de la pâte est absolument parfaite et l’odeur qui se dégage de ce petit bout de bonheur est si agréable qu’elle devrait être prescrite contre l’anosmie.

La légende raconte que l’auteur, tombé sous le charme, a finalement commandé 2 autres pancakes. Mais ça, personne ne pourra jamais l’affirmer…

Avec certes un peu de retard sur mon planning, j’arrive finalement devant l’entrée de l’Odyssey Sensory Maze. Cette dernière ne paie pas de mine et aucune explication explicite n’indique de quoi il s’agit.
Après avoir déboursé 20$, on me demande de signer une décharge stipulant que je ne suis ni cardiaque, ni épileptique ni claustrophobe (ni d’autres trucs que je n’ai pas vraiment compris). On me demande également de déposer mon sac babouche, tout ce que j’ai dans les poches ainsi que d’enlever mes chaussures. Pour terminer, on me remet des gants en coton blanc et on me dit simplement de pénétrer dans la porte au fond du couloir.

Une fois la porte refermée, il fait nuit noir. J’avance en tatillonnant quand soudain le sol se met à vibrer sous mes pieds et une voix résonne dans l’obscurité (la même que dans l’Eurosat à Europapark !). Elle m’indique que c’est à moi de me démerder pour trouver la sortie et qu’aucune indication ne me sera fournie (sympa l’accueil).
Quelques galères plus tard, je trouve une porte coulissante qui m’emmène dans une… forêt vierge (là je me demande un peu dans quoi je me suis embarqué).

Même topo, je navigue dans cet amas de verdure à la recherche d’une sortie. Bravant cette dernière tel Indiana Jones, je traverse un buisson et tombe à nouveau dans une salle plongée dans la nuit. Là, c’est le moment où il ne vaut mieux pas être claustro. Plus j’avance et plus les murs se rétrécissent, le sol devient de plus en plus mou et des lambeaux de tissus pendant un peu partout me caressent le visage.
Une fois la porte (vicieusement cachée dans un angle) franchie, changement total de décor : me voilà dans un long couloir où stroboscopes et flashs multicolores s’en donnent à cœur joie, j’ai l’impression d’être en plein trip sous LSD.

Les pièces s’enchaînent ; labyrinthe de miroirs, piscine de ballons de baudruche, couloir de la mort version frites en mousse (les trucs qu’on utilise pour se foutre sur la gueule dans la piscine) ou encore salle totalement transparente, tous les sens sont mis à rude épreuve. Après une bonne heure passée à me battre contre moi-même, je passe la grande porte finale mettant un terme à mon badtrip.

C’est la première fois que je fais, ou même que je vois, une expérience de ce genre (je n’arrive d’ailleurs pas à lui donner un nom) mais je dois bien avouer que c’était foutrement intéressant (et bien badant). D’après ce que j’ai vu sur Internet, elle n’est disponible qu’ici en Nouvelle-Zélande (désolé) mais si un jour vous en avez l’occasion, foncez pauvres fous !

Deuxième expérience Trip Advisorienne validée √

La journée se termine comme elle a commencé : sous la pluie. Une petite bière pour me remettre de mes émotions et il est l’heure pour moi de rentrer.
Demain est un grand jour, je vais voir pour la première fois de ma vie la fierté de ce pays : le kiwi !

hdr
Allez, je ne peux vous laisser partir sans vous faire partager le meilleur investissement de ma vie. Itadakimasu !

4 réflexions sur “Pancakes & Lysergsäurediethylamid

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s