La fin du voyage (enfin presque)

« Je n’ai pas encore été partout, mais c’est sur ma liste. »
– Susan Sontag

Moi qui m’étais promis d’avoir un rythme stable et soutenu, voilà que je mets 2 mois à pondre un article. Good job.

Il s’en est passé des choses depuis ma dernière expédition en décembre. Oh que oui…

Fin de mes études à la New Zealand Language Centers, découverte de nouveaux lieux à Auckland et surtout… un roadtrip de 3737km entre l’île du Nord et l’île du Sud !
Autant vous dire que j’ai emmagasiné pas mal de récits dans ma besace et qu’il va maintenant falloir tout retranscrire ici.

Par où commencer ?

Tout d’abord, il faut savoir que je ne suis plus en Nouvelle-Zélande. Adieu kiwis, adieu météo aux 4 saisons en un seul jour, adieu le  « Hey, how are you doing ? » du chauffeur en entrant dans le bus chaque matin et surtout adieu Terre du Milieu. Je suis resté 4 mois sur cette longue île à l’autre bout du monde. 4 mois d’aventures, 4 mois de rencontres, 4 mois face à des paysages à la fois apocalyptiques et paradisiaques et 4 mois de bonnes bières et de délicieux cafés. Cependant, chaque histoire, aussi épique soit-elle, a une fin. J’ai quitté cet incroyable endroit début février pour retourner dans ma froide et petite Suisse.

En ce début d’année, et ce pendant 2 semaines, je suis parti pour une aventure d’un tout autre niveau de ce que j’ai l’habitude de faire. Une aventure si folle qu’elle ferait passer la quête de la Compagnie de l’Anneau pour un épisode de Dora l’Exploratrice !
Ce périple, je ne l’ai pas effectué seul. J’ai eu la chance d’avoir en ma compagnie une copilote d’exception (et chanteuse à ses heures perdues), j’ai nommé : ma copine !
Géraldine de son prénom va ainsi m’accompagner dans mes histoires, aventures et autres péripéties pour la suite de ce blog.
D’ailleurs, assez teasé, je crois qu’il est l’heure de commencer à conter ces dernières…

09 janvier, là où tout commence

Avant d’aller avaler de l’asphalte, nous nous sommes prélassés le temps d’un weekend dans un AirbNb du port d’Auckland. Le temps pour moi de faire découvrir à ma chère les icônes de la ville tels que la Sky Tower, le Harbour Bridge, l’Auckland Domain ou encore les moules frites de la brasserie belge « The Occidental » (si vous passez un jour dans le coin il est de votre devoir d’aller déguster les moules géantes bleues en sirotant une petite blanche, c’est de la tuerie).
Ces 2 petits jours nous ont également permis de préparer concrètement notre itinéraire. Nous avions déjà longuement discuté de ce que nous avions envie de voir, de ce qu’il ne fallait pas louper etc. mais il était temps de poser un tracé sur la carte.
Loin de nous l’idée de tout planifier afin d’avoir un voyage calculé au poil de cul. Nous sommes plutôt partis dans l’esprit « le gros du trajet est posé en fonction des endroits principaux que nous voulons voir, le reste… ça se fera au feeling ». 

Une image vaut mieux qu’un texte d’une plombe, voici ce à quoi a approximativement ressemblé notre itinéraire final :

Map NZ.PNG
3737km. 14 jours. 139 cafés bus.

Suite à notre weekend de visite urbaine et de planifications, nous quittons le charmant AirbNb tôt le lundi matin afin d’aller prendre le train qui nous emmène dans une petite ville située à environ une heure d’Auckland : Clevedon. C’est là-bas que nous devons récupérer notre St-Graal ; la chose qui va nous servir de chambre, de cuisine, de carnotzet, bref, de maison pour les 2 prochaines semaines… notre campervan !

Petite parenthèse concernant la location de vans en Nouvelle-Zélande (même si j’y reviendrai plus tard dans un autre article), prenez-vous y à l’avance ! Si vous désirez acquérir un van sympa comme celui que nous avons eu la chance d’avoir, commencez vos recherches bien 2-3 mois à l’avance (surtout si vous prévoyez de voyager en haute saison). Les vieux VW sont très, très prisés (et du coup chers) mais si vous grattez un peu le web, il y a moyen de dénicher de petites perles sans trop se ruiner pour autant (mais ne rêvez pas trop quand même, vous allez bien casquer).
Si par contre vous vous en foutez de la gueule de votre van et que seul compte le côté pratique de la chose, inutile de s’exciter ; des compagnies comme Jucy ou Escape Campervans auront quasiment toujours quelque chose à vous proposer. Fin de la parenthèse.

En ce qui nous concerne, nous tenions vraiment à avoir un vieux VW en mode hippies-woodstock (quitte à faire un roadtrip à l’autre bout du monde, autant ne pas faire les choses à moitié). Ne m’y étant pas assez pris en avance, j’ai galéré sec dans mes recherches avant de finalement dénicher une petite merveille : un Volkswagen T3 de 1982 !

DCIM100GOPROG1110333.
Wilson, dans son plus beau profil.

Mesdames et Messieurs, j’ai l’honneur de vous présenter Wilson ! Bleu nuit, 90 chevaux, 290 000km au compteur, doté d’une petite cuisinière, d’un lit 2 places, d’une glacière géante et d’un frein à main qui ne fonctionne pas, il a été notre meilleur ami durant 2 semaines.
Petite spécificité de ce dernier : sa transmission est manuelle. Ça peut paraître normal pour nous européens mais dans un pays où petit un, toutes les voitures sont automatiques et petit deux, on roule à gauche, je peux vous assurer qu’une transmission manuelle inversée, ça a son importance…
Deuxième spécificité de Wilson : il pompe plus que Depardieu. Sans déconner, je n’ai jamais conduit un véhicule aussi assoiffé que lui… 300km avec un réservoir rempli à ras bord (à condition de rouler à plat), nous avons dû faire le plein quasiment tous les jours.

Notre van en main, les affaires chargées et l’itinéraire prêt, il ne nous reste alors plus qu’à démarrer (ce qui n’est pas toujours une mince affaire avec ce vieux taco) et de nous lancer à corps perdu sur les routes kiwis…

La suite tout bientôt…

DL

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s